Rodolphe Spina, BAYER : «Déménager a permis un choc culturel.»

"Tout est pensé pour casser la routine, favoriser la créativité et la communication."

« Tout est pensé pour casser la routine, favoriser la créativité et la communication. »

Directeur Financier au sein du groupe BAYER, Rodolphe Spina a porté le projet «Workplace of the future» lors d’un déménagement en interne. Il livrera son témoignage mardi 11 octobre lors des Rencontres MET. Bref aperçu de cette expérience et de ses enseignements.

Quelle évaluation faites-vous de l’installation de 45 collaborateurs des services financiers et communication dans leur nouvel espace de travail, il y un an de cela ?

Évaluation très positive. En tant que direction, nous avons obtenu ce que nous attendions : des locaux innovants, propices à la collaboration et favorables à la santé au travail. L’audit CHSCT et une enquête interne le confirment : tous les salariés, sans exception, se déclarent satisfaits.
Nous avons mis fin au bureau attitré, en évitant l’écueil de l’open space, grâce à une mobilité accrue. Chaque collaborateur dispose d’un d’un caisson à roulettes où il rassemble ses objets personnels, mais se déplace au sein de l’espace. Il est possible de s’isoler si nécessaire ou de travailler en groupe restreint. La mobilité se prolonge hors les murs, avec la pratique du télétravail et le besoin pour certains collaborateurs de se déplacer vers nos autres sites en France. Nous en comptons 16.
Tout est pensé pour casser la routine, favoriser la créativité et la communication.

Comment êtes-vous parvenu à cette forte adhésion des équipes ?

Les collaborateurs ont été consultés très en amont. Nous leur avons présenté les contraintes financières et techniques, et demandé de s’organiser en groupes pour faire des propositions.
Couleur, type de fauteuil, présence d’un aquarium, espace de relaxation ou au contraire de convivialité… toutes les demandes ont été examinées. 80% d’entre elles ont été satisfaites.
Si au départ seulement 60% des collaborateurs se sont investis dans cette réflexion, ils étaient 100% à la fin.
Nous avions craint que certaines personnes résistent à cette vision nomade. Cela n’a pas été le cas, au contraire. Ce déménagement a permis un choc culturel où chaque problème est désormais perçu comme une opportunité.

N’est-ce pas surestimer l’impact d’un simple changement d’environnement de travail ?

Cela s’inscrit dans une vision d’ensemble de l’évolution culturelle pour favoriser l’implication des collaborateurs en les plaçant au centre de l’organisation. Bayer privilégie la transversalité sur les systèmes pyramidaux. Le groupe offre de nombreuses opportunités. Un salarié peut demander à travailler temporairement sur un autre site, et pourquoi pas à l’étranger. Il est aussi possible de tester une nouvelle fonction, et de pouvoir éventuellement retrouver son poste ensuite, etc. L’enjeu est d’encourager la mobilité et la créativité.

Propos recueillis par François-Olivier Louail (Agence Hikayat)

©Rencontres MET - mentions légales - Facebook - Twitter